L’ADAT force le Casino à fermer ses portes

LeDroit_LOGOsLe Droit
La Région, vendredi 2 avril 1999, p. 3

Crise dans la construction

L’ADAT force le Casino à fermer ses portes

Le débat sur la mobilité de la main-d’oeuvre dans le domaine de la construction a tourné au vinaigre, hier, lorsqu’une centaine de travailleurs québécois sans cartes de compétence ont forcé la fermeture du Casino de Hull et provoqué d’énormes bouchons de circulation à l’heure de pointe, en après-midi.

Au moment de mettre sous presse, une trentaine de membres de l’Association pour le droit au travail (ADAT) occupaient toujours l’entrée de la maison de jeu, malgré une injonction interlocutoire obtenue par le Casino de Hull en fin de journée. Les manifestants, qui entretenaient un dialogue avec les policiers, se préparaient même à y passer la nuit.

Scan_Pic0001

L’injonction, émise par un juge de la Cour supérieure, interdit aux sympathisants de l’ADAT de piqueter ou de se tenir en groupe près des voies publiques ou privées permettant l’accès au Casino de Hull et ce, pour les 10 prochains jours.

Un huissier, accompagné des policiers de Hull, a lu l’injonction aux manifestants, en début de soirée, mais ceux-ci ont carrément refusé de s’y conformer. «On va bloquer le Casino jusqu’à ce qu’ils nous passent sur le corps», a lancé le président de l’ADAT, Jocelyn Dumais, monté sur une pelle mécanique.

Les membres de l’ADAT, qui réclament l’abolition du système de cartes de compétence et la syndicalisation obligatoire, ont stationné des camions et des voitures dans les deux voies publiques donnant accès au Casino.

Enragés et visiblement déterminés, les protestataires ont investi l’entrée du Casino vers 9 h, hier matin. Ils ont bloqué l’accès aux employés du Casino, qui ont dû rebrousser chemin.

Lafleur, Michel  Le président de l’Association pour le droit au travail (ADAT), Jocelyn Dumais, motivait ses troupes réunies devant le Casino de Hull, hier.

Tout au long de la journée, ils ont scandé des slogans peu subtils pour dénoncer la Commission de la construction du Québec, l’organisme du gouvernement qui émet et gère les cartes de compétence. «Où c’qu’on s’la met, la CCQ?» scandait une femme dans un porte-voix. «Dans l’c..», répondait sans cesse la foule.

Selon le président de l’ADAT, l’élimination pure et simple du système de cartes de compétence réglerait tous les problèmes de mobilité que vivent l’Ontario et le Québec.

«On ne peut pas travailler dans notre propre province. Ce n’est pas normal. Les cartes de compétence sont là pour protéger les syndicats et empêcher les autres, autant les Québécois que les Ontariens, à travailler au Québec», a-t-il plaidé.

La CCQ

Plus tôt dans la journée, les manifestants de l’ADAT avaient perturbé l’entrée au travail des employés de la CCQ, dans l’édifice des Promenades de l’Outaouais, à Gatineau. Ils avaient réussi à faire fermer temporairement le bureau, où se trouvait le directeur régional, Jacques Chartrand, qui a dû sortir sous escorte policière.

«Je trouve cela déplorable», a dit M. Chartrand, en quittant sous les insultes des protestataires.

Les membres de l’ADAT, qui promettaient de bloquer les chantiers de construction de l’Outaouais, ont changé leurs plans, mercredi soir, et ont plutôt décidé de cibler le Casino.

«Le gouvernement nous empêche de travailler. Nous, on va l’empêcher de faire de l’argent. Oubliez ça, le Casino. C’est fermé pour un bon bout de temps», a crié un manifestant à des clients incrédules qui n’ont pas pu entrer dans la maison de jeu hulloise, à l’heure du dîner.

Selon André Caron, de l’ADAT, l’inaction du gouvernement Bouchard à déréglementer l’industrie de la construction risque d’entraîner des conséquences catastrophiques pour les travailleurs de l’Outaouais qui oeuvrent en Ontario.

«Dans un mois, l’Ontario va passer un projet de loi pour nous empêcher de travailler. Il faut que Bouchard et Lemieux (la ministre du Travail, Diane Lemieux) viennent ici pour nous assurer qu’on va pouvoir continuer à travailler», a-t-il dit.

Le projet de loi en question n’est pas encore déposé. Et il est possible que le gouvernement Harris ne dispose pas de suffisamment de temps pour l’adopter, si des élections sont déclenchées comme plusieurs le croient, en mai ou en juin.

© 1999 Le Droit. Tous droits réservés.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :