Analphabète reçu à l’examen d’entrée d’une université

La Presse Actuel, lundi 31 décembre 2001,

p. B3 Insolite Analphabète reçu à l’examen d’entrée d’une université à Rio AFP Rio de Janeiro – Un boulanger analphabète a été admis à l’examen d’entrée d’une grande université privée de Rio de Janeiro en cochant les réponses A ou B sur le questionnaire à choix multiple, le pourcentage de bonnes réponses l’ayant dispensé des épreuves de rédaction. Cette admission à l’examen d’entrée de la faculté de droit de l’université Estacio de Sa a suscité une vive polémique sur le mercantilisme de l’enseignement privé au Brésil.

Severino da Silva, 27 ans, qui apprend à lire dans une paroisse de la banlieue nord de la ville, a été reçu à la 9ème place du concours d’entrée et devant l’ampleur des réactions, le recteur de cette université de 60 000 étudiants, a expliqué à la presse que le fait d’avoir réussi le concours n’assurait pas au boulanger son inscription. Le recteur a rappelé qu’il fallait également présenter un diplôme sanctionnant la fin des études secondaires. Le ministère de l’Éducation et de la Culture, qui a autorisé récemment l’ouverture d’une cinquantaine de nouveaux cours privés alors que 40 000 professeurs d’universités fédérales publiques étaient en grève depuis trois mois pour réclamer des augmentations de salaire, a jugé que la réussite du boulanger était comparable à « quelqu’un qui aurait gagné à la loterie et que cela ne voulait rien dire ». À l’origine de l’idée de faire passer l’examen à un analphabète figure un étudiant en journalisme auteur d’un mémoire de maîtrise sur le mercantilisme de l’enseignement privé et son influence dans le processus de sélection. « Ce commerce de l’enseignement commençait à m’incommoder.

J’ai commencé à soupçonner que le concours d’entrée des facultés privées ne testait pas réellement les connaissances », a dit Carlos Palhano. Cette affaire coïncidait avec la reprise lundi du travail dans les universités fédérales, après cent jours de grève. Les enseignants, qui réclamaient un réajustement de salaire de 78,48 % alors que le gouvernement leur proposait 3,5 %, ont obtenu 13 % d’augmentation. Ils dénonçaient aussi l’intention du gouvernement de vouloir progressivement mettre fin à l’enseignement universitaire public.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :