Construction;Rochon fait des heureux en Outaouais 2002-02-27

LeDroit_LOGOs
Construction;Rochon fait des heureux en Outaouais
Le Droit – mercredi 27 février 2002
Patrick Duquette
La promesse du ministre d’État aux Ressources humaines et au Travail, Jean Rochon, d’élargir les conditions d’accès aux chantiers de construction du Québec a suscité une réaction «extrêmement positive» de l’APCHQ-Outaouais.
À l’invitation de l’APCHQ, le président de l’ADAT, Jocelyn Dumais, a rencontré le ministre Rochon hier matin. Cette rencontre «a peut-être été la plus positive qu’on ait eue», a-t-il déclaré.

L’ADAT représente des ouvriers québécois sans carte de compétence qui travaillent majoritairement en Ontario. L’association se plaignait la semaine dernière d’être exclue du débat même si ses membres sont au centre du problème.
«On a noté une ouverture d’esprit de la part du ministre. Il a compris qu’on était un élément. On a fait comprendre que si on veut régler le problème, il fallait parler au problème», a dit M. Dumais.
Son directeur, Benoît Mottard, réclamait des assouplissements au système de réglementation en vigueur au Québec, afin de régler le problème de la pénurie de main-d’oeuvre.
«C’est extrêmement positif, car à la fois le problème d’accès à l’industrie et la pénurie de main-d’oeuvre sont enfin reconnus», a-t-il commenté hier après la conférence donnée par le ministre Rochon.
L’association patronale espère cependant que le ministre restera ferme dans ses intentions, même en cas de règlement subit du conflit sur la mobilité de la main-d’oeuvre entre le Québec et l’Ontario. «On souhaite un engagement ferme de la part du ministre, même dans l’éventualité où le conflit ne perdurerait pas», a dit M. Mottard.

Du côté des syndicats, certains ont apprécié l’attitude de M. Rochon qui refuse de négocier sous la menace avec l’Ontario.
«Que le ministre se tienne debout!» ont lancé Jean-Marc Desjardins, du Syndicat international des peintres et métiers connexes, et Daniel Cloutier, directeur provincial de la Fraternité interprovinciale des ouvriers en électricité. Les deux hommes font partie du conseil conjoint, un regroupement de syndicats qui représentent des milliers d’ouvriers québécois en Outaouais.

Du côté de la CSN-Construction, un plus petit syndicat avec 800 membres en Outaouais, le président Ted McLaren accueille avec une certaine méfiance la volonté du ministre d’élargir les critères d’accès aux chantiers.
M. McLaren n’est pas prêt à faire de concessions sur les conditions qui garantissent la compétence des travailleurs. Il propose plutôt de conserver les critères actuels, tout en accélérant le processus long et compliqué qui mène à l’obtention d’un certificat de compétence.
«L’idée n’est pas d’assouplir les critères, mais de reconnaître les compétences de ceux qui travaillent de l’autre bord (en Ontario)», rappelle-t-il.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :