Victoire pour les travailleurs analphabètes 2006-09-08

Nous recommandons a tous ces travailleurs qui avaient été appelé a écrire un test de qualification, de demander a la Commission de la construction du Québec (CCQ) de reporter la date de leur test afin de pouvoir profiter de ces nouvelles mesures.
La CCQ (Commission de la construction du Québec) doit revoir sa façon de faire. En effet, les travailleurs qui ont des difficultés de lecture ou d’écriture, n’auront plus à  »subir » l’examen écrit pour l’obtention d’une carte compagnon.
Les travailleurs n’auront plus à retourner sur les bancs d’école pour terminer leur secondaire (condition obligatoire) afin de voir leur carte d’apprentissage renouveler
La CCQ, sous gouverne de la Commission des droits de la personne, a accepté de fournir des mesures d’accommodements afin que ces travailleurs puissent intégrer l’industrie de la construction avec une pleine reconnaissance de leurs compétences

Clauses de l’ENTENTE

(Clause 2) La CCQ accepte de participer avec la Commission des droits de la personne à une mise a jour de ses connaissances portant sur les causes et les effets de l’analphabtisme, notamment en termes de contraintes a la qualification….
(Clause 4) Cette mise à jour permettra, le cas échéant, de reviser les mesures d’accommodements offertes aux personnes présentant un problème d’analphabétisme lors des examens de qualification…..
(Clause 7) Les parties reconnaissent avoir donné leur consentement à… la Commission des droits de la personne…, pour la recherche d’un règlement conformément aux dispositions de la Charte des droits et libertés de la personne….
Le motif qui était invoqué dans la Plainte déposée en janvier 2000, est la discrimination sur la base de la condition sociale. « Le cas classique d’une telle discrimination est le prestataire d’aide sociale qui se voit refuser un logement justement parce qu’il n’a pas de revenus autres que l’aide de l’État, a expliqué M. Des Chênes. Mais la notion est beaucoup plus large. »
Les organismes de lutte contre l’analphabétisme affirment qu’un Canadien sur cinq est analphabète, et que le taux, chez les francophones, atteint même 25 %. Plusieurs de ces analphabètes fonctionnels ont joint les rangs de la construction, comme le faisaient, à l’époque, des Néo-Canadiens de souche italienne ou portugaise, qui ne pouvaient bien maîtriser les langues officielles du pays, mais qui savaient faire le boulot.

Aujourd’hui, le Québec exige que ces travailleurs détiennent des cartes de compétence émises par la Commission de construction. Ceux-ci sont confrontés à obtenir un certificat d’équivalence, ou à retourner sur les bancs d’école d’un centre d’éducation aux adultes.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :